La structure dalle-plancher modulaire : une alliée pour la transition écologique du bâtiment.

Le plancher représente un poids carbone important en phase construction comme déconstruction. La modularité et la préfabrication permettent de diminuer ce poids, en réinventant les modes de construction. De manière générale, la modularité et le hors-site sont plus adaptés à l’évolution rapide des usages des bâtiments et aux normes énergétiques et environnementales que la construction traditionnelle. Mais leur mise en œuvre implique de repenser entièrement le processus de construction, avec un gros travail d’anticipation en phase conception. Eclairage en compagnie de Denis Schmit, Directeur de la prescription chez Rector qui partagera son expérience sur la réalisation d’un collectif d’habitation à Epinay sur Orge.

Pour mener à bien la transition écologique du bâtiment on évoque souvent l’innovation. La structure dalle plancher en est-elle une ?

 

Denis Schmit : Oui et non ! Ce système de structure est connu depuis longtemps. La dalle plancher préfabriquée n’est pas une innovation en soi. Mais elle est très peu utilisée en France, elle correspond à moins de 5 % de la construction. Elle permet pourtant de concevoir des bâtiments modulaires, dont l’aménagement intérieur peut évoluer en fonction des besoins et des usages. En revanche l’innovation vient du fait de pouvoir associer ce savoir-faire connu à des outils modernes comme le BIM ou le calcul du volume de matériaux nécessaires en fonction des contraintes de chaque partie du bâtiment.

L’innovation prend aussi la forme d’une réflexion sur le type de bâtiment sur lesquels cette structure peut être mise en oeuve., Alors que nous sommes dans un contexte d’évolution rapide des normes et de fort développement démographique en ville, ce type de plancher est aujourd’hui sollicité uniquement pour des bureaux, jamais des logements. Il faut étendre son champ d’application si l’on veut pouvoir répondre au développement urbain. Enfin, il faut également revoir la méthode même de la construction, à travers la préfabrication. La structure plancher-dalle est quasiment toujours coulée sur place. En développant la préfabrication, il est possible d’avoir des bâtiments plus modulaires, qui laissent moins de traces lors de la démolition, avec un impact environnemental réduit.

 

Quels sont les avantages d’utiliser une structure préfabriquée plancher dalle dans le processus de construction ?

 

D. Schmit : Au-delà du chiffrage sur les logiciels de conception, il est important d’expérimenter les gains carbones sur le terrain. Un démonstrateur est d’ores et déjà construit à Epinay-sur-Orge. Construit par le groupe immobilier Valophis, il répond à une véritable demande programmatique et du marché. Il concerne la création de deux immeubles R+3, de 38 logements en accession sociale.

Nous avons constaté que l’utilisation d’une structure préfabriquée plancher dalle performante environnementalement permet une réduction des émissions carbone de 15 % à 20 % pendant la construction, par rapport aux constructions en béton banché. Cela passe exclusivement par la réduction de la quantité de béton présente dans le bâtiment. De fait, ce type de structure permet d’optimiser l’utilisation des matériaux, en mettant chaque matériau au bon endroit. Sur la partie structurelle, à terme, nous visons 25 % de réduction de l’impact carbone. Concernant les coûts du gros œuvre, le projet démonstrateur a montré qu’on pouvait atteindre 7 % d’économies. Enfin, d’après nos résultats, le hors-site permet de réaliser un gain de temps en moyenne de 25 %. Sur ce projet, nous avons gagné 2 mois. Cela réduit les nuisances et les divers coûts liés au chantier.

 

Que faudrait-il changer dans nos modes de construction actuels ?

D. Schmit : En France, on connaît depuis 20 ans une stagnation de productivité dans le secteur de la construction. Nous avons les matériaux et la main d’œuvre peu cher comparés à d’autres pays européens, mais nos coûts de construction demeurent élevés. Nous avons besoin de développer d’autres modes de construction. La préfabrication hors-site, abandonnée dans les années 70 en France, permet pourtant de gagner en productivité, en optimisant l’utilisation des matériaux et la durée des chantiers. Or, comme je l’ai dit, pour l’instant la structure plancher dalle est surtout utilisée dans les projets tertiaires, mais pas dans le résidentiel. Il faut le développer. Si l’on veut pouvoir exploiter pleinement les capacités du modulaire et de la préfabrication, il faut y réfléchir le plus en amont possible de la phase construction, dès la phase conception. Il faut accompagner les maîtres d’œuvre en ce sens. Pour cela, nous devons aussi nous appuyer sur les nouveaux outils dont nous disposons, dont le BIM. La numérisation permet de garantir une cohérence et un suivi dans un projet, de la conception jusqu’à la livraison du bâtiment. Chez nous par exemple, tous les éléments de structure que nous produisons sont réalisés via le BIM.

 

Quels sont les leviers pour développer le modulaire et la préfabrication ?

 

D. Schmit : De mon expérience, je vois 3 leviers principaux à mobiliser pour faciliter le développement du modulaire et de la préfabrication :

  • Sensibiliser les acteurs du secteur. Il faut convaincre les entreprises d’abandonner le vieux système français de construction. Cela peut passer par la mise en place de formations ou de labels tournés vers le hors-site et le modulaire.
  • Vendre les différents éléments issus de la préfabrication au prix juste. Il faut montrer aux porteurs de projets que le recours à ce type de construction permet, à terme, de réaliser des économies via la diminution de la quantité de matériaux à utiliser et le temps gagné sur les chantiers.
  • Ne pas hésiter à s’appuyer sur les politiques publiques, qui sont très favorables au hors-site et à la modularité.

Je suis assez confiant. Le modulaire et la préfabrication vont se développer, c’est un fait. Mais nous ne savons pas encore à quel rythme.

visuel : Architecture Pelegrin