Le bâtiment facteur d’attractivité du territoire

Les villes sont de plus en plus mises en concurrence. Elles souhaitent attirer toujours plus d’habitants, d’investissements, d’activités et cherchent des solutions pour retrouver une nouvelle dynamique ou poursuivre leur développement. La table ronde « Bâtiment et infrastructures innovantes pour l’attractivité des territoires » organisée le 29 novembre lors du colloque Build & Connect 2018 à Strasbourg, a permis de partager une vision commune de la notion de « villes et territoires du futur » centrée sur les usages et retours d’expériences d’experts.

 

Aujourd’hui, les villes médianes misent sur des moyens innovants dans les bâtiments pour appuyer le développement économique et développer leur attractivité. C’est en tout cas l’image qu’elles tentent de renvoyer. L’objectif de Stéphane MARCINIAK, Président de Sauter Régulation France et animateur de cette table ronde, « est de mettre en avant l’opportunité qu’offrent les innovations, aussi bien sociales qu’industrielles, pour redynamiser les territoires. À travers la mise en commun d’expériences inédites, je souhaite démontrer qu’il est possible de se les approprier, dans les grands centres urbains, mais aussi dans les villes de taille plus raisonnable ».

 

Quand innovation sociale rime avec rénovation du bâtiment

Comment utiliser les innovations pour aider les villes en difficulté à retrouver une nouvelle dynamique ? Agnieszka BOGUCKA, chef de projets européens au sein du département Technique & Innovation à Vilogia, apporte une approche sociale de la rénovation avec un exemple concret dans la région Haut de France.

 

<vidéo : https://youtu.be/M9kWnPRuaDE>

 

Dix logements du bailleur social Vilogia ont été rénovés à Hem en métropole lilloise (59) en mai 2018, selon la démarche innovante EnergieSprong. Développé pour la première fois en France, le concept hollandais a pour objectif de rénover massivement des habitations avec un niveau énergie zéro et une garantie de performance sur 25 ans. La pré-industrialisation des éléments en amont permet de réduire la phase de chantier de manière spectaculaire (trois semaines par habitation au lieu de huit mois pour une rénovation classique). Un chantier qui d’ailleurs en site occupé ; « un moyen de réaliser des économies d’échelle sans renoncer à la qualité », tient à préciser Agnieszka BOGUCKA.

 

Pourquoi à Hem ?

Le projet mené dans la commune de Hem concerne des maisons individuelles des années 50, affichant une étiquette énergétique entre D et E. « EnergieSprong innove surtout au niveau du process, car elle incite à travailler à l’échelle du territoire. Cela implique de faire travailler ensemble les bailleurs, les collectivités et les constructeurs. La démarche a fait ses preuves aux Pays-Bas. L’objectif est d’aller plus loin. Parmi les 4000 bâtiments qui y ont été rénovés en cinq ans, on compte des maisons individuelles, mais aussi des logements collectifs, des groupes scolaires, des bâtiments tertiaires publics, etc. Les grandes entreprises aussi bien que les PME de la construction y sont impliquées. Preuve que la démarche EnergieSprong peut s’adapter au tissu économique français », fait valoir Agnieszka BOGUCKA.

 

Dans la région de Bâle, les idées novatrices ont de la place pour germer !

Pour conserver sa place de leader mondial en matière de recherche et d’innovation, la Suisse se montre proactive et multiple les initiatives. BaselArea.swiss est l’organisation d’encouragement de l’innovation et de la promotion économique commune aux trois cantons du nord-ouest de la Suisse (Bâle-Ville, Bâle-Campagne et Jura). Sa mission : aider les entrepreneurs et les start-up à réaliser leurs projets commerciaux et leurs projets d’innovation dans la région.

À travers deux cas concrets, Sébastien MEUNIER de Basel Area, démontre comment les bâtiments et infrastructures innovantes peuvent appuyer le développement économique et attirer de nouvelles compétences.

 

Technology Park Basel > Le Technology Park de Bâle met à disposition des espaces de travail partagés et privatifs, et surtout des laboratoires spacieux et entièrement équipés dans les domaines de l’ingénierie biomédicale et des biotechnologies. Les bâtiments modernes permettent aux start-up prometteuses de démarrer au plus vite avec leur propre matériel, sans avoir besoin d’investir dans l’immobilier.

 

Swiss Innovation Park > À la différence du Technology Park qui accompagne les jeunes pousses, le Swiss Innovation Park met à disposition les moyens techniques et des équipements très spécifiques pour attirer les grandes entreprises suisses et étrangères qui souhaitent établir de nouveaux départements R&D. Cinq sites dédiés à la recherche et à l’innovation sont accessibles ; des espaces dédiés où les universités et hautes écoles peuvent « collaborer étroitement » avec l’économie et ainsi favoriser l’innovation.

 

Autre atout de l’écosystème : les animations et programmes spécifiques permettant de réunir et fédérer l’ensemble des acteurs autour de projets innovants. « Notre force réside dans la dynamique de la communauté pour faire émerger les synergies, de quoi rendre la région bâloise encore plus attractive ».

 

Penser le territoire comme une start-up : innovation, co-construction, entrepreneuriat

En marge des métropoles françaises, les villes petites moyennes contre-attaquent. En exemple, la communauté d’agglomération du Pays de Martigues (Bouches-du-Rhône) qui joue la carte de l’innovation : elle accompagne l’entreprise HDSN, leader des solutions de supervision à distance. Une start-up qui fait la fierté du territoire.

« Nous sommes très attachés à la fabrication et au développement de l’emploi en local, explique Thierry Debeaud, Directeur commercial de HDSN, particulièrement fier du potentiel de création et de richesse du territoire. « Nous disposons à Martigues d’un environnement unique : un pôle technologique et des infrastructures qui permettent le partage de compétences entre entreprises, mais aussi d’outils de fabrication et de R&D. Parce que l’innovation attire l’innovation, nous nous mobilisons pour que la croissance de HDSN participe au rayonnement et à l’attractivité de la région et de la ville ».

 

Faire émerger et accélérer les projets à fort potentiel de création d’emploi et d’activité économique

« Nous avons développé un véritable partenariat entre les communes et communautés de communes autour de chez nous. Il y a eu dès le début un véritable intérêt pour notre entreprise innovante et pour le concept de Smart City, précise THIERRY DEBEAUD.

La Mairie d’Istres a été la première à vouloir s’équiper de nos capteurs et à profiter de nos solutions pour réduire ses dépenses énergétiques et renforcer la sécurité de ses administrés. Et puis, c’est un partenariat gagnant-gagnant. Nos équipes d’ingénieurs ont pu profiter d’un laboratoire à ciel ouvert, analyser les véritables usages et tester nos produits sur le terrain dans des conditions réelles. En contrepartie, la commune a pu communiquer sur sa meilleure gestion de la qualité de vie, du confort de ses usagers dans les crèches et les écoles, sur la maîtrise de ses coûts énergétiques. Des leviers forts pour développer son attractivité auprès d’autres entreprises ».

 

Développer l’attractivité des territoires grâce à des stratégies collectives

Jean-Philippe LOIR-MONGAZON, futur Maire du Village by CA Alsace Vosges le prouve tous les jours : la Smart City n’est pas réservée aux grandes villes. Fondé par le Crédit Agricole, le réseau Villages by CA est un accélérateur de business d’un nouveau genre qui met en relation des start-up à fort potentiel et des grandes entreprises établies. Avec 28 implantations ouvertes depuis 2014 et 40 villages à l’horizon 2020, c’est devenu le premier dispositif d’accompagnement des start-up dans les régions. Car sa force est aussi locale : chaque Village by CA dispose de son propre réseau de partenaires sur le territoire ayant pour ambition de rendre les évolutions digitales intelligibles pour tous. Les villes moyennes sont de plus en plus nombreuses à s’investir, à l’image de Châteaudun qui abrite 11 start-up, et bientôt Mulhouse.

 

KMØ : cité numérique à Mulhouse

« La transformation digitale est en cours dans tous les secteurs. Les villes de taille moyenne cherchent aujourd’hui des lieux d’attractivité et d’innovation pour éviter la désertification, leur permettre d’être plus pérennes dans la durée. Les Villages by CA sont un exemple d’initiative déployée par les collectivités, les entreprises et les start-up locales pour inventer la ville intelligente de demain », explique Jean-Philippe LOIR-MONGAZON.

À quelques mois de l’ouverture du Village by CA Alsace Vosges (mars 2019), le KMØ a été pensé comme un écosystème complet dédié au numérique. « L’idée est de favoriser les collaborations, de mettre en commun des outils et des compétences que personne ne pourrait rentabiliser seul », explique Gérald COHEN, Associé KMØ. Implantés dans l’ancienne friche industrielle de la SACM à Mulhouse, les 300 m2 de bureaux modulables, espaces de co-working et salles de réunion peuvent accueillir de 10 à 15 start-up. « Tout l’écosystème KMØ a été pensé autour d’un double enjeu : accompagner la transformation digitale des entreprises industrielles locales, et soutenir le développement des entreprises numériques ».

 

 

Table ronde A5. Bâtiment et infrastructures innovantes pour l’attractivité des territoires

29 novembre 2018

Modérateur : Stéphane MARCINAK – Sauter Régulation France

Intervenants :

Agnieszka BOGUCKA – Vilogia – Chef de projets

Gérald COHEN – Associé KMØ

Thierry DEBEAUD – HDSN – Directeur commercial

Jean-Philippe LOIR-MONGAZON – Crédit Agricole – Responsable Start Up

Sébastien MEUNIER – Basel Area – Head of Innovation and Entrepreneurship